LANCEMENT DE LA PREMIÈRE SEMAINE MONDIALE D’ACTION CONTRE LE GASPILLAGE ALIMENTAIRE

Cliquez sur le lien pour en apprendre d’avantage https://www.recyc-quebec.gouv.qc.ca/

Chaque année au Canada, le gaspillage d’aliments parfaitement comestibles fait par les ménages cause près de 10 millions de tonnes de gaz à effet de serre. Par chance, il existe de nombreux gestes simples qui peuvent être faits pour réduire ce gaspillage.

À compter d’aujourd’hui, et ce jusqu’au 13 mars, RECYC-QUÉBEC participe à la première Semaine mondiale d’action contre le gaspillage alimentaire dans le but de faire passer le message suivant : « Le gaspillage alimentaire alimente les changements climatiques ». Cette semaine est initiée par l’organisme de bienfaisance environnemental WRAP et organisée par le Conseil national zéro déchet (une initiative de Metro Vancouver) dans le cadre de sa campagne J’aime manger, pas gaspiller Canada, dont RECYC-QUÉBEC est partenaire.

Éviter le gaspillage alimentaire à la maison pour contribuer à la lutte contre les changements climatiques

Soixante-trois pour cent des résidus alimentaires jetés par les ménages canadiens sont considérés comme évitables, ce qui signifie qu’ils auraient pu être consommés. À l’échelle nationale, cela représente près de 2,2 millions de tonnes d’aliments comestibles gaspillés chaque année, équivalant à un coût de plus de 17 milliards de dollars. L’impact environnemental de ce gaspillage représente l’équivalent de 9,8 millions de tonnes d’émissions de CO2, soit 2,1 millions d’automobiles sur la route.

À l’échelle mondiale, environ un tiers de tous les aliments produits sont perdus ou gaspillés, ce qui représente 8 à 10 % des émissions totales de gaz à effet de serre. La lutte contre le gaspillage alimentaire à la maison a un impact direct sur ces émissions : chaque tonne d’aliments gaspillés en moins équivaut à retirer une automobile de la route chaque année.

Des outils pratiques pour la maison

Durant la Semaine d’action contre le gaspillage alimentaire, on encourage les citoyens et citoyennes à découvrir les astuces zéro gaspillage partagées avec les mot-clics #semainedactioncontrelegaspillagealimentaire et #gaspillagealimentaire sur les réseaux sociaux de J’aime manger, pas gaspiller Canada et de RECYC-QUÉBEC.

Soyez au cœur de la Semaine d’action contre le gaspillage alimentaire en partageant des astuces dans vos réseaux sociaux. Pour ce faire, téléchargez et utilisez la Trousse de communication mise à votre disposition.

« Réduire le gaspillage alimentaire à la maison, c’est agir concrètement dans la lutte contre les changements climatiques. En partageant nos trucs zéro gaspi sur les réseaux sociaux durant la Semaine d’action contre le gaspillage alimentaire, ensemble, nous pouvons contribuer au mouvement déjà en marche et garder le cap sur la réduction à la source. »

– Sonia Gagné, présidente-directrice générale de RECYC-QUÉBEC

 

Ensemble, contribuons à réduire le gaspillage alimentaire!

Près de trois millions de dollars accordés en aide financière depuis la création du programme PAUPME

Nicolet, le 3 mars 2022La MRC de Nicolet-Yamaska a accordé 2 993 600 $ à différentes entreprises de la région pour les aider à traverser la pandémie au cours des années 2020 et 2021. En tout, ce sont 55 entreprises qui se sont prévalues du Programme d’aide d’urgence aux petites et moyennes entreprises (PAUPME) depuis sa création jusqu’au 31 décembre dernier. Parmi les entreprises financées, 29 d’entre elles étaient admissibles au volet Aide aux entreprises en régions en alerte maximale (AERAM) et ont ainsi pu bénéficier d’un pardon de prêt totalisant 703 094 $.

CLIQUEZ SUR LE LIEN POUR EN CONNAITRE D’AVANTAGE

PAUPME

HYDRO QUÉBEC

Réseau de distribution – Au cours de l’année 2022, des travaux d’arboriculture seront réalisés dans différents secteurs de la MRC de Nicolet-Yamaska. Nous devons dégager les fils et maintenir la végétation à une distance sécuritaire du réseau de distribution d’électricité pour assurer la sécurité des personnes et la qualité du service. Dans certains cas, nous retirerons des arbres présentant des signes de faiblesses mécaniques et des risques pour l’intégrité du réseau.

Saviez-vous qu’en moyenne au Québec, environ 40% des pannes d’électricité sont causées par la chute de branches ou d’arbres sur les fils électriques ? Chaque année, environ 20% des 110 000 km de réseau sont élagués, et des dizaines de milliers d’arbres dangereux sont prélevés.

Nous tenons à vous rappeler également qu’il est dangereux de s’approcher trop près du réseau électrique. Seuls les employés d’Hydro-Québec et ceux des entreprises qu’elle autorise sont habilités à intervenir à moins de trois mètres des fils électriques. On ne doit jamais tenter d’élaguer ou de couper soi-même un arbre qui se trouve près des lignes électriques.

Pour en savoir plus, consultez le calendrier des travaux. Notez qu’il pourrait changer en raison de la météo ou à la suite d’événements climatiques.

Vous pouvez également contacter la conseillère – Relations avec le milieu attitré à votre territoire, Cynthia Rivard, que vous pouvez joindre par téléphone au 819 378-4581 poste 3214, ou par courriel à l’adresse Rivard.Cynthia@hydroquebec.com.

En complément d’information, voici quelques liens utiles à consulter :

Pourquoi dégager les fils moyenne tension ?
Comment Hydro-Québec intervient sur la végétation près des fils et gère les résidus d’arbres et de branches ?
Connaître le bon arbre au bon endroit

Nous vous remercions de votre précieuse collaboration.

  Annie Tremblay

Secrétaire administrative

Relations avec le milieu

Capitale-Nationale | Chaudière-Appalaches | Centre-du-Québec | Mauricie

Relations avec le milieu

Pandémie de la COVID-19 – Devancement des assouplissements et retrait de l’obligation du port du masque dans les lieux publics d’ici la mi-avril

Québec, le 2 mars 2022

À la suite d’une recommandation favorable de la Santé publique, le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, annonce que les assouplissements prévus le 14 mars entreront plutôt en vigueur le samedi 12 mars prochain. De plus, la Santé publique propose une séquence graduelle de retrait du port obligatoire du masque dans les lieux publics.

Levée de la plupart des mesures

Ce devancement, qui permettra à la population, aux organisateurs et aux commerçants de profiter des journées de la fin de semaine avec un minimum de restrictions, est rendu possible en raison de l’évolution de la situation épidémiologique et hospitalière.

Ainsi, à compter du 12 mars :

  • Capacité d’accueil à 100 % dans tous les lieux publics ;
  • Aucune limite de capacité par table dans les restaurants, bars, tavernes et casinos ;
  • Retour aux heures normales d’activité pour les restaurants, bars, tavernes et casinos ;
  • Activités de danse et de karaoké permises ;
  • Aucune restriction quant au nombre de participants pour les activités de nature sociale dans une salle louée ;
  • Retrait du registre des visiteurs dans les résidences privées pour aînés.

Par ailleurs, il ne sera plus nécessaire de présenter le passeport vaccinal pour accéder aux lieux qui étaient visés par cette mesure.

Levée graduelle du port obligatoire du masque ou du couvre-visage

La Santé publique propose une séquence de retrait graduel du port du masque dont les dates précises seront confirmées ultérieurement en fonction de l’évolution de la situation épidémiologique.

À compter du lundi 7 mars, comme déjà annoncé : le port du masque ne sera plus requis en classe ou au service de garde pour les élèves lorsqu’ils sont assis.

Au plus tard à la mi-avril, avec un préavis de 10 jours : le port du masque ne sera plus obligatoire dans tous les lieux publics (excluant les transports publics). Les lieux publics incluent l’ensemble des établissements d’enseignement supérieur (cégeps et universités).

Au plus tôt au mois de mai, avec un préavis de 10 jours : le port du masque ne sera plus obligatoire dans les transports publics.

Il importe de souligner que, malgré le retrait graduel de l’obligation de porter le masque, ce dernier reste un outil efficace pour réduire la transmission des virus. Ainsi, le port du masque fera partie de l’ensemble des bonnes pratiques à conserver et demeurera recommandé dans certaines circonstances, notamment :

  • lorsqu’une personnes présente des symptômes s’apparentant à ceux de la COVID-19 ;
  • lors d’interactions sociales durant les cinq jours suivant une période d’isolement;
  • lors d’interactions sociales pour les personnes immunosupprimées.

Citation :

« D’ici une dizaine de jours, la plupart des mesures seront enfin levées. Il s’agit d’une étape très importante, et nous pouvons être fiers de tous nos efforts pour en arriver là. Toutefois, il faut apprendre à vivre avec Ie virus, qui circule toujours, et demeurer prudents. Le port du masque, même lorsqu’il ne sera plus obligatoire, fera entre autres partie de l’arsenal que nous possédons pour réduire les risques de transmission dans certaines circonstances. »

Christian Dubé, ministre de la Santé et des Services sociaux

Faits saillants :

  • Notons que la séquence du retrait graduel du port obligatoire du masque ne concerne pas les milieux de travail et les milieux de soins incluant les CHSLD.
  • Puisque la COVID-19 est toujours présente, il demeure requis de respecter les consignes sanitaires de base pour limiter sa propagation. Ainsi, il faut continuer de se laver les mains, de couvrir son visage, de tousser dans son coude et de garder ses distances.

Lien connexe :

Pour en savoir plus sur les mesures en vigueur et les assouplissements à venir: Québec.ca/coronavirus.

Prévention suicide

Invitation aux productrices et aux producteurs agricoles et à toutes les personnes qui côtoient.

 

Pour savoir quoi faire devant une personne en détresse : reconnaitre les signes de détresse et diriger la personne vers les bonnes ressources.

 

Formation reconnue par l’Ordre des agronomes du Québec

 

GRATUIT – Contenu adapté pour le milieu agricole

 

Formation AGIR en sentinelle pour la prévention du suicide – Déclinaison agricole 

5 avril 2022 en ligne pour les personnes vivant ou travaillant dans Nicolet/Bécancour/Mauricie

Horaire : 8 h 30 à 16 h 30